Sophie Gravel honore la force tranquille de sa grand-mère Rolande

Fille de Pauline, petite-fille de Rolande, arrière-petite-fille de Raoul et arrière-arrière-petite-fille d’une pionnière du Nord ontarien nommée Azilda Brisebois Bélanger, Sophie Gravel nous offre un témoignage touchant au sujet de sa grand-mère Rolande Bélanger Léveillé. Rolande est née en 1931 dans le village qui porte le nom de sa grand-mère Azilda, une enseignante et sage-femme qui a été un personnage d’importance historique à Rayside dès son arrivée en 1886. Le village a d’ailleurs été renommé en son honneur (voir arbre généalogique à la fin du texte). Sophie nous raconte que sa grand-mère Rolande n’est ni une enseignante, ni une auteure renommée ou une politicienne, mais qu’elle est une figure emblématique de sa famille. Femme francophone, mère, jumelle, tante, amie, décoratrice de gâteaux et éternelle étudiante, Rolande Bélanger Léveillé est aux yeux de sa petite-fille (et du clan Léveillé-Gravel) rien de moins qu’un ange terrestre…

Léveillé_Rolande

Rolande Bélanger (Léveillé) à l’âge de 16 ans

Je le dis souvent et je veux le dire à jamais : ma grand-mère est la plus belle personne que je connais. Oui, c’est une beauté fatale, mais son âme est inégalable.

Quand j’étais petite, ma mère avait décidé de retourner sur le marché du travail. Elle m’a donc amené chez une gardienne. Là, j’étais malheureuse ! J’ai refusé de parler, de manger et même d’aller aux toilettes pendant toute une journée. La gardienne, découragée, a dit à ma mère qu’elle ne pouvait plus me garder parce que je faisais trop pitié…

Alors, c’est m’a grand-mère Rolande qui m’a ouvert sa porte et son cœur. Même après avoir élevé ses propres enfants — 7 filles ! — elle a accepté de s’occuper non seulement de moi, mais aussi de mes 2 cousins de qui elle prenait déjà soin puisque ma tante était mère-célibataire à cette époque. Rolande Léveillé, femme de dévouement et grand-mère sans pareil, a toujours été là pour soutenir la famille avec grâce et dignité.

C’était trop bien d’aller chez-elle, ma Mem (forme abrégée et affectueuse de mémère). Peu importe la journée ou l’heure, on se sent la bienvenue, car elle est toujours prête à nous recevoir avec plein de bonne bouffe dans le frigo, un congélateur garni et que dire des armoires où sont cachés les desserts ! Même si sa maison est petite, il n’est pas rare de voir de 10 à 30 personnes à la fois chez Mem, pour des soupers fériés ou juste un dîner rapido les mercredis où se rassemblent les membres de la famille qui travaillent en ville. Tous sont les bienvenus. Tous repartent le ventre et le coeur comblés.

Toujours courtoise, Mem ajoute des touches personnalisées à ses repas, soit un thème ou un symbole qui lui fait penser à ses invités. Oui ! ma grand-mère est très attentionnée envers les autres ! Et la pièce de résistance ? Ses célèbres gâteaux ! À preuve, mon gâteau de noces que voici !

Léveillé_Rolande-gateau

À chaque anniversaire, fête religieuse ou accomplissement à souligner dans la famille, ma grand-mère crée de véritables chefs-d’œuvre. Ses gâteaux sont légendaires. Elle ajoute de la beauté et de la joie à nos évènements marquants avec ses talents de créativité qu’elle a développés par amour.

Étudiante éternelle, ma Mem a toujours eu la soif d’apprendre. Cette soif vient-elle peut-être du fait que ma grand-mère a dû abandonner ses études à l’âge de 12 ans pour aider sa mère à prendre soins de ses 15 frères et sœurs ? Même si elle n’a pas eu une éducation formelle, elle a participé à des ateliers de cuisson offerts par des restaurants et épiceries locales et d’autres ateliers locaux, seules vraies options accessibles pour des femmes au foyer à son époque.

Depuis 2009, ma grand-mère suit des cours à l’école des adultes et des cours d’informatique. Elle peut maintenant communiquer via internet avec ses arrière-petits-enfants qui sont éloignés et, à vrai dire, elle nous a même surpassés en connaissance de technologie de l’information !

En 2013, elle a entrepris un nouveau défi : l’obtention de son diplôme d’école secondaire. Je suis fière de dire qu’à l’âge de 82 ans, ma grand-mère a maintenant obtenu son diplôme (DESO) et a même été choisie comme porte-parole à la cérémonie des diplômées. Elle est la fierté de la famille et mérite d’être célébrée.

Ma Mem ce n’est pas quelqu’un qui parle fort ou qui prend trop de place. Ma grand-mère Rolande, c’est une force tranquille qui, par ses gestes et son dévouement, a inspiré ses 7 filles, ses 18 petits-enfants et ses 12 arrière-petits-enfants à être serviables envers la communauté et la famille. Attentionnée aux autres, tout en poursuivant ses intérêts par amour, Rolande Léveillé, ma Mem, est un pilier de notre famille et de notre communauté, et nous l’adorons. Je t’aime Mem, chérie d’amour.

Note : Vous pouvez lire un profil biographique au sujet d’Azilda Brisebois Bélanger, arrière-arrière-grand-mère de Sophie Gravel, sur le blogue « Les femmes de la route 11 : les Elles du Nord » au lien suivant : http://wp.me/p2nDZQ-95

Rolande et sa soeur

Rolande Bélanger Leveille et Fernande Bélanger Armstrong tenant la photo de leurs grand-parents Joseph et Azilda Bélanger . Photo prise en 2009.

Sophie Gravel 5 generations[1]

Advertisements