HISTOIRES PLURIELLES: Un projet collectif qui raconte la vie des femmes et leur influence en Ontario français

iiftlvgvaznhoxatbw1fdw_r

Le projet Histoires plurielles est une initiative des Elles du Nord (http://femmesdelaroute11.wordpress.com). Le projet donne la parole aux femmes et aux hommes qui souhaitent partager une anecdote ou une tranche de vie des bâtisseuses de familles et créatrices de valeurs des quatre coins de l’Ontario français. L’histoire des femmes, notamment celles qui ont donné naissance à un pays francophone en Ontario, à des générations d’enfants, à des institutions, à des oeuvres d’entraide, à des façons de faire et d’être — est une histoire qui a été peu racontée. Le but du projet Histoires plurielles est d’accorder un espace à cette histoire.

Si vous avez le goût de raconter un moment de la vie de votre mère, grand-mère, arrière grand-mère, tante, ou encore une anecdote liée à une femme de l’Ontario français qui a eu une influence positive sur vous, votre famille ou sur la communauté où vous avez grandi, envoyez-nous son histoire à elles@triyana.ca. La personne que vous présentez peut être une membre de votre famille ou encore une enseignante, voisine, politicienne, leader communautaire, auteure, etc. qui fait partie de ces bâtisseuses de l’Ontario. Vous pouvez aussi nous parler de VOUS, d’un souvenir qui vous a marqué en Ontario français (enfance, jeunesse, âge adulte), d’un chemin particulier que vous avez emprunté et qui a eu de l’influence sur la société franco-ontarienne, etc. Au plaisir de vous lire !

CRITÈRES DE SOUMISSION :

Vous avez l’option d’écrire une histoire, un poème, préparer un diaporama, livrer un témoignage, produire une vidéo… 

HISTOIRE : L’histoire que vous soumettrez doit être écrite en français et relater un moment, un souvenir ou une anecdote qui a eu lieu dans la vie d’une femme francophone en Ontario. Environ 800 mots + quelques photos en format jpg ou png (haute résolution si possible).

DIAPORAMA/VIDÉO :  Si vous préférez présenter un diaporama, vous pouvez le faire en format Power Point (ppt ou pptx). Maximum de 10-15 planches. Vidéo : durée moyenne 5 minutes.

POÈME : La fibre créative n’a pas de limites….

Écrivez-moi à elles@triyana.ca. J’ai hâte de vous lire !

* * *

Lorsque je recevrai votre texte, je communiquerai avec vous pour en accuser réception au cours des  24 à 48 heures qui suivront. Veuillez noter qu’une soumission ne garantit pas nécessairement une publication dans Histoires plurielles. Notez également que vous offrez ce texte sans attente d’honoraires et que vous retenez tous les droits d’auteurs de votre texte.

Peu importe le style du texte que vous soumettrez à Histoires plurielles, il doit être écrit dans un français sans fautes. Veuillez faire réviser votre texte AVANT de le soumettre puisque nous ne sommes pas en mesure d’offrir un service de révision.

* * *

HISTOIRES PLURIELLES, QU’EST-CE QUE C’EST ? C’est un espace collectif et créatif pour raconter avec notre coeur des tranches de vie des bâtisseuses de l’Ontario français !

Les femmes ont nourri tout le monde, c’est à leur tour d’être invitées à la table. 

Lysette Brochu, auteure

C’est un grand monde, ce Nord de l’Ontario [et l’Ontario français au complet], surtout maintenant qu’on lui reconnaît ses « elles ». Il faut faire vite pour ne pas perdre ces héritages précieux et fragiles étant donné le peu de documents dont nous disposons.

Benoît Cazabon, auteur

Advertisements

CLAIRE CASTONGUAY REMERCIE LES RELIGIEUSES DE LA CONGRÉGATION DE SAINTE MARIE DE NAMUR

Plusieurs générations ont été formées par les congrégations religieuses qui ont eu à coeur la qualité de l’éducation et la sauvegarde de la langue française. Ce pionnières ont, certes, enseigné les matières de base, mais elles ont aussi inculqué une fierté du travail bien fait et une motivation pour viser l’excellence. Claire Castonguay a côtoyé de près la congrégation des Soeurs de Sainte Marie de Namur à Chapleau en 1959 et à Ottawa dans la première moitié des années 60. Elle conserve un souvenir chaleureux et reconnaissant envers le mentorat de ces femmes qui l’ont accompagnée vers l’âge adulte et qui ont influencé son choix de carrière. Elle a eu la générosité de leur adresser ce message d’amitié sur mon blogue Histoires Plurielles. Merci Claire…

32635751_10156380208614438_5277445149473898496_n

Claire Castonguay

J’ai été en contact pour la première fois avec la communauté des religieuses enseignantes  Sainte Marie de Namur dès mon arrivée à Chapleau dans le Nord ontarien en 1959. Elles ont changé ma vie…

J’avais alors 13 ans et j’habitais depuis une semaine chez un oncle après la mort de mon père. C’est Soeur Louis-Joseph, si ma mémoire est fidèle, qui m’a accueillie dans sa classe de 8e année. C’est grâce à ses bons conseils que j’ai choisi d’aller faire mes études secondaires au pensionnat Notre-Dame du Bon-Conseil à Ottawa sur la rue Bayswater.

Les quatre années de pensionnat auprès de ces religieuses m’ont fortement influencée et m’ont permis de réaliser mes ambitions de devenir une enseignante — à l’image de ces religieuses ouvertes sur un monde en changement qui marquait les années 60. Les religieuses que j’admirais m’ont laissé des souvenirs indélébiles de leur bonté, simplicité, dévouement et persévérance à vouloir passer « le flambeau » à la prochaine génération de jeunes femmes déterminées à transmettre leur savoir à d’autres, tout en demeurant fidèles à leurs convictions.

Je remercie du fond de mon cœur Soeur Jean-Marc qui m’a aidé à exploiter mes talents, à avoir confiance en la vie, et surtout, à garder espoir en la bonté des gens. Et que dire de notre directrice du pensionnat, Soeur Ste-Geneviève, cette grande dame discrète, si sage et ouverte d’esprit, qui avait permis aux finissantes d’être accompagnées à leur bal au printemps 1964. Après avoir rencontré nos prétendants et approuvé nos robes de bal, elle m’avait avoué, dans un élan d’euphorie, que «c’etait la première fois que cela avait lieu» (que les garçons puissent accompagner les filles !). J’ai été honorée qu’elle me fasse cette confidence et je ne l’ai jamais oubliée…

En 1972, je suis retournée au « pensionnat » converti en résidence pour ainés et j’ai revu quelques religieuses de mon temps, mais plusieurs étaient enseignantes dans d’autres établissements ailleurs en Ontario. Je demeure convaincue que mes années de pensionnat avec les Sœurs de Sainte Marie de Namur comme mentors ont été des plus bénéfiques tout au long de ma vie, et encore aujourd’hui. Avec toute ma reconnaissance je les remercie en toute sincérité.

Claire Castonguay (étudiante 1960-1964)

NOTE HISTORIQUE : La présence de la congrégation SSMN en Ontario se manifeste dans deux diocèses : Ottawa et Hearst. De 1886 à 1986, les Sœurs de Sainte Marie de Namur enseignent tour à tour à Vankleek Hill, Saint-Eugène, Ottawa, Chapleau, Geraldton, Longlac et Nakina. La congrégation fut fondée à Namur en Belgique en 1819.

 

UN SIÈCLE DE VIE BIEN REMPLIE : Laurette Lafrenière Corneillier de Verner

18.12

Le 22 janvier 2017, Laurette Lafrenière Corneillier de Verner a célébré son 100e anniversaire de naissance. Quel grand jour ! Née à St-Damien-de-Brandon au Québec, Laurette était une jeune enfant lorsque sa famille prit racine dans le Nord de l’Ontario à Verner.

Enseignante de formation, Mme Corneillier a traversé le 20e siècle et fut témoin de générations en évolution constante au contact de ses élèves et de sa famille élargie, ainsi que ses multiples voyages en Amérique du Nord et en Europe. J’ai demandé à sa nièce Carole Lafrenière-Noël si elle voulait bien nous raconter quelques bribes de la vie de sa tante centenaire. Voici le fruit de leur rencontre où elles ont discuté de ses souvenirs… 

5.4Les plus vieux souvenirs de tante Laurette remontent à cette fameuse photo de famille alors que la famille Lafrenière se présenta chez le photographe du village de Verner (un certain M. Beauparlant) pour une photo officielle en 1922. Comme c’était la coutume à cette époque, tout le monde était bien sérieux sur la photo ! Tante Laurette avait alors 5 ans.  Elle était très mignonne avec ses cheveux que grand-mère lui bouclait à l’aide de guenilles. La famille de Cuthbert Lafrenière et Alexandrina Maxwell Lafrenière était composée de 13 enfants, du plus vieux, Albert, à la plus jeune, Laurette (rangée avant, la petite à droite).

Tante Laurette se souvient qu’elle marchait environ 1 mille et demi pour aller à l’école de campagne de Verner qui réunissait les enfants de la première à la 8e année. Étant la plus jeune d’une grande famille, ma tante dit ne pas avoir été gâtée par ses parents qui étaient très occupés avec toute la maisonnée. Mais elle se souvient que sa sœur, Marie-Anna, la prenait souvent sur ses genoux.

Tante Laurette est fière de dire que quelques membres de sa famille ont eu la chance d’obtenir une éducation, ce qui était plutôt rare à cette époque. Ayant gradué du cours classique, l’aîné Albert devint comptable. Un autre frère, Athanase, a complété un cours commercial et fut gérant de banque, alors que Rosa et Laurette devinrent enseignantes.

À l'école St-Gonzague

École S-Louis-de-Gonzague, Sudbury. 18 juin 1934

Laurette est allée à l’école de Verner jusqu’à la 10e année. Ensuite, elle fut pensionnaire au Couvent des Soeurs Grises à Sudbury et a fréquenté l’école St-Louis-de-Gonzague (11e et 12e) qui était située tout près de l’église Ste-Anne.

Screen Shot 2018-04-25 at 3.16.09 PM

Screen Shot 2018-04-25 at 3.32.09 PM

En 1935-36, Laurette suivit une formation d’enseignante à l’École normale de l’Université d’Ottawa. Par la suite, elle enseigna à Lavigne (photo ci-dessous), Mattawa (photo à droite), Blezard Valley, St-Charles et Sudbury. Mais sa mère étant gravement malade, Laurette fit le sacrifice de quitter son emploi d’enseignante pour prendre soin de sa mère à Verner. L’année 1950 s’est avérée particulièrement difficile puisque son père décéda le 28 décembre, suivi de sa mère à peine quelques jours plus tard, le 1er janvier 1951.

18.9Peu après le décès de ses parents, Laurette décida d’aller visiter Élisa Gilbeault, une tante maternelle qui vivait à St-Paul, en Alberta. D’autres familles et parenté originaires de St-Damien vivaient dans l’Ouest aussi et, malgré la distance et les moyens de communication limités de l’époque, les gens conservaient leurs précieux liens et déployaient les efforts pour se voir en dépit du temps qui passait et des distances à parcourir. Il y avait, par exemple, la famille Grandchamps qui vivait à Verwood, Saskatchewan (tout près de Willowbunch). Albertine, la soeur de Laurette, correspondait avec cette famille qui s’arrêtait à Verner lorsqu’ils retournaient visiter leur village natal au Québec. Il faut se rappeler que le téléphone n’était pas encore installé dans toutes les maisons à cette époque. La correspondance écrite était le moyen par lequel les familles dispersées se donnaient des nouvelles. Laurette se souvient qu’elle avait environ 20 ans lorsque la famille Lafrenière a eu son premier téléphone au village de Verner.

C’est à la suite de l’une de ces visites chez la famille Lafrenière à Verner qu’Edmond Corneillier dit Grandchamps commença à fréquenter Laurette Lafrenière. Tous les deux étaient des célibataires d’âge mur qui gagnaient leur vie. Edmond passait ses étés sur la ferme familiale en Saskatchewan et partait tous les automnes en direction du Québec avant de passer l’hiver en Floride. Imaginez le périple surtout quand venait le temps de traverser la ville de New York !  Les chemins et la signalisation n’étaient pas ce qu’ils sont aujourd’hui, sans compter qu’il n’y avait certainement pas de système de navigation GPS!

C’est donc le 30 décembre 1954 qu’Edmond Corneillier, 48 ans, épousa Laurette Lafrenière qui avait alors 37 ans.  Dès lors, le couple prit l’habitude de passer l’été en Saskatchewan le temps de faire les semences et récolter le blé. À l’automne, c’était le retour à Verner pour passer l’hiver. Tante Laurette faisait de la suppléance à l’école de Verner pour remplacer des enseignantes qui devaient quitter temporairement leur travail pour un congé de maternité.

18.17

Le couple Corneillier aimait voyager. Quand ils étaient dans l’Ouest, ils en profitaient pour aller visiter les montages Rocheuses et la région de Banff.  À d’autres moments, ils recevaient la visite de leurs frères et soeurs de Verner qui décidaient d’entreprendre la grande excursion vers l’Ouest ! Comme Edmond n’aimait pas prendre l’avion, Laurette voyageait à l’occasion seule ou en compagnie d’autres personnes. Elle s’est jointe à deux reprises à un groupe d’enseignantes pour voyager à travers les États-Unis. À l’âge de 54 ans, ma tante a entrepris un voyage en Europe avec sa belle-soeur Germaine nouvellement veuve (conjointe d’Albert Lafrenière).

1780743_10152250653302351_366900909_nAu cours de sa vie, Laurette a eu l’occasion de faire 85 voyages et de visiter tous les continents. À toutes les décennies, tante Laurette continue de nous surprendre par sa bonne forme, ses connaissances et son esprit vif. En janvier 2018, elle a fêté son 101e anniversaire de naissance, et en ce sens, on ne peut que lui souhaiter une longue vie en santé entourée de ses ami(e)s et de la famille.

Sa nièce, Carole Lafrenière-Noël

3284_95873005922_675333_n

Laurette Lafrenière Corneillier et sa nièce Carole Lafrenière-Noël à Verner en 1961

UNE VIE TISSÉE D’AMOUR ET DE COURAGE : Édith Lepage Crête rend hommage à sa grand-mère Lydia

Les pionnières de l’Ontario Nord ont relevé des défis hors du commun. Quand on se rapproche de leur vie, on se rend vite compte de la force inébranlable de leur courage et de l’amour incommensurable qu’elles ont porté à leur famille. Telle est l’histoire de Lydia Mailloux Filion, une femme qui habite le coeur et les rêves de sa descendance. Mère de 14 enfants, Lydia a quitté son Québec natal au bras de son mari Arthur en 1929, ne se doutant pas que la vie lui réservait des épreuves déchirantes. Lydia Filion a défié les revers du destin et les difficultés sur sa route, léguant son courage en héritage et des traces de lumière sur la route des gens qui l’ont connue et aimée. Sa petite-fille Édith raconte la vie de sa grand-mère extraordinaire, généreuse et admirable.

Screen Shot 2017-11-16 at 2.15.27 PM.png«Je commence par vous dire que ma grand-mère est, pour les Filion, une femme qui a réussi sa vie. Dans l’histoire de la province et du pays, elle prend sa place auprès des grandes pionnières du Nord de l’Ontario qui se démarquent par leur courage. Je n’hésite pas à souligner que ma grand-mère devint le pilier qui porta sa famille vers la réussite. Elle fut l’une de ces grandes personnalités qui brilla tout au long de sa longue existence, tant par son dévouement que par son amour pour l’humanité, sa foi et sa charité chrétienne.

Lydia Mailloux naquit le 25 octobre de l’an 1900 à Cacouna, petite ville du Québec en bordure du St-Laurent. Elle grandit au sein d’une famille de sept frères et une soeur qui décéda dans la fleur de l’âge. Lydia de nature joviale, fut grandement choyée par ses parents et ses frères. Portant en elle le don musical, elle jouait de la harpe et de l’harmonica. L’écriture lui était aussi facile.

La famille Mailloux à Cacouna. Lydia est la première à droite.

Screen Shot 2017-11-16 at 2.09.29 PM.pngC’est en 1920 qu’elle célébra son mariage avec Arthur Filion de l’Ile Verte. Établis à Cacouna les nouveaux mariés acquièrent une ferme et un restaurant. Les automobilistes de la route fort achalandée pouvaient aussi y faire le plein d’essence. Mon grand-père Arthur, attiré par les récits de ses deux frères Vital et Philias Filion installés à Fauquier et à Moonbeam et propriétaires de magasin général, sentit à son tour l’appel du Nord. C’est alors qu’en 1929, après le de décès de mère Mailloux, Lydia et Arthur, accompagnés de leurs sept enfants (dont Aurèle qui n’avait que 8 mois et qui décéda 10 mois plus tard d’une maladie inconnue) entreprirent le long voyage en train vers Moonbeam — une contrée inconnue. Ils s’installèrent dans une maison sur la rue de l’église qui deviendra plus tard la résidence du premier médecin de Moonbeam, Dr Guillaume Soucie.

Hélas, les nuits furent vite perturbées par les pleurs des enfants. Les parents réalisèrent rapidement que les punaises étaient à la source des larmes. Graduellement, l’infestation fut maîtrisée par les produits courants dont on ignorait la toxicité. C’était là le prélude des difficultés à envisager dans une communauté naissante au début du siècle. Un nouveau point de départ loin de ses proches et sans commodités telle que l’électricité, les soins de santé et les cuisines bien assorties qui étaient déjà connues au Québec.

Lydia organisa rapidement un foyer relativement confortable avec l’aide de sa fille aînée Cécile, alors âgée de 7 ans, tandis qu’Arthur et ses fils aînés s’affairaient à toutes sortes de besognes pour nourrir la famille et accumuler des économies dans le but d’acheter une terre en friche. La vie était dure, d’une rigueur constante. Lydia, Cécile, et même la petite Fernande, vaquaient aux tâches ménagères incessantes. En plus du train journalier, il y avait le tricot, le cannage des viandes et des légumes, la cueillette des fruits sauvages, le tissage, le tressage de tapis, le filage de la laine, la teinture, le tannage des peaux d’animaux, la confection de vêtements, et bien d’autres tâches sur une liste sans fin. Leur ingéniosité et leur grande adaptabilité leur permirent de ne manquer de rien et même, de prêter main forte à ceux qui avaient moins de ressources.

En 1933, Arthur était devenu propriétaire d’une belle terre sablonneuse à 2 milles et demi au-delà du rang St-Joseph à Moonbeam. L’entreprise familiale de la culture et de la vente de patates devint prospère par la percée d’un marché régional. À parti de 1942, Lydia, appuyée par ses enfants, secondait son époux dans une autre entreprise établie par Arthur, un moulin à scie. Le processus avant le sciage était long et difficile. Les engagés et les garçons de la famille devaient bûcher le bois, charroyer les billots sur le lac gelé l’hiver pour en faciliter le transport au printemps jusqu’en bordure du moulin a scie. Chacun avait sa « job ». Il en était de même pour les autres qui bossaient dans les autres bâtiments du campement. Cécile, maintenant jeune adolescente, s’occupait de faire les repas pour les travailleurs. Un « homme à tout faire » maintenait l’ordre au dortoir tout en exécutant ses autres tâches d’entretiens.

Entre 1939 et 1946, une série de malheurs s’abattit sur la famille. Pendant cette période qui dura 7 ans, Lydia a vécu trois deuils déchirants — deux de ses enfants et son époux sont décédés. Leon fut happé de plein fouet par une voiture, Rosaire contracta la tuberculose et Arthur eut un accident de travail en 1946 à l’âge de 53 ans. De plus, en décembre 1944, la maison familiale contenant tous les biens fut rasée par un incendie. Même M. le curé Cimon convenait que les épreuves devaient cesser…

La communauté aimante de Moonbeam ne tarda pas à mobiliser toute l’aide nécessaire pour offrir vêtements, nourriture et meubles à la famille en détresse qui trouva éventuellement refuge dans leur garage au village. On y installa les nécessités du temps. Quelques années passèrent avant qu’une maison soit érigée tout près de là pour y accueillir ma grand-mère et ses enfants. C’est avec un grand trou dans le coeur que chaque membre de la famille a poursuivi ses activités.

Screen Shot 2017-11-16 at 2.08.59 PM.png

Lydia eut le bonheur et la satisfaction de voir plusieurs de ses fils devenir des entrepreneurs habiles, alors que les plus jeunes de ses enfants, garçons et filles, ont choisi les études et l’enseignement. Enfin le ciel s’ouvrait devant un avenir plus radieux, et la famile Filion pouvait profiter des progrès de l’époque.

Ma grand-mère refusa de nombreuses invitations en vue de fréquentations, choisissant de demeurer fidèle à son cher défunt Arthur et à sa famille bien-aimée qui l’entourait. Les nombreux petits-enfants et arrière-petits-enfants l’estimaient telle une HÉROÏNE d’un temps révolu. Lydia désormais moins occupée employait son temps à voir s’épanouir sa lignée familiale, à prier, à s’occuper de ses fleurs, de son entourage et de ses chatons.

Le 10 mai 1969, Lydia fut honorée par sa communauté lorsque les notables de Moonbeam lui décernèrent le titre de Mère de l’année. D’une humilité exemplaire, Lydia avait peine à accepter d’être célébrée par sa famille et sa communauté…

Elle s’éteignit en février de l’an 2000 alors qu’elle allait franchir le cap de ses cent ans quelques mois plus tard. Elle laisse derrière elle le souvenir immortalisé d’une femme courageuse qui contribua au développement du nord Ontarien. Pour ses proches, sa mémoire brosse le portrait d’un être extraordinaire dont la bonté et l’amour continuent d’inspirer les descendants de la famille Filion. Voilà pourquoi malgré le temps et les générations, il arrive que l’on nomme une petite fille Lydia en son honneur.»

Témoignage rédigé par Édith Lepage Crête, fière petite-fille de Lydia Mailloux Filion

 

Ma mère avait pour son dire… l’auteure Lysette Brochu nous partage un souvenir

Lysette Brochu est une auteure de renommée canadienne, native de Sudbury. Visitez son site web pour connaître ses ouvrages au lien suivant : http://www.lysettebrochu.com/. Vous pouvez également découvrir son parcours sur le blogue «Les femmes de la route 11 : les Elles du Nord» au lien suivant : http://wp.me/p2nDZQ-dg  Merci Lysette pour ce merveilleux texte rempli de tendresse et d’humour !

unknown

Ma mère avait pour son dire qu’il fallait bien nourrir son homme si on voulait le garder et bien nourrir sa famille si on voulait un foyer heureux.

         — Ma fille, disait-elle, c’est ben facile d’attirer un homme. Des beaux yeux, ça l’attire comme du miel. Mais le garder, c’est une autre histoire. Y faut le faire manger, crois moi, avoir un p’tit plat qui mijote quand y’arrive de travailler… Y’est fatigué après une dure journée, y’a faim, c’est à sa femme de le réconforter. Pour les enfants aussi, les odeurs d’un bon souper, c’est ben important, ça les rassure. Quand je remplis les assiettes des petits de louches entières de ragoût pis que j’les vois qu’y saucent leurs assiettes avec du pain, ben j’ai la satisfaction d’avoir faite mon devoir. Pendant qu’y sont là avec nous autres, devant leurs couverts disposés en vis-à-vis les uns aux autres, sur une nappe blanche en coton, ben repassée, moé j’sais que leurs oreilles nous écoutent parler. C’est comme ça qu’y apprennent à vivre comme du monde. Tu sauras qu’un repas autour d’une table, c’est le secret des familles unies.

Elle parlait avec conviction, tout en brassant la soupe aux pois ou à l’orge et pendant que le pâté chinois ou les choux farcis cuisaient dans le four. Elle s’essuyait les doigts sur son tablier en épluchant les carottes et les navets ou en étalant des confitures sur le gâteau qu’elle roulerait plus tard en un tour de main.

Je ne sais pas si vous avez connu cette époque. Le portrait de Betty Crocker régnait sur les mélanges à gâteaux et June Cleaver, la vedette américaine de l’émission télévisuelle Leave it to Beaver, dirigeait à toutes les semaines, sous nos yeux admiratifs, le foyer parfait. Des modèles de femmes accomplies, voilà!

Je soupirais ! Maman continuait sa leçon.

— Rien ne bâtit plus de souvenirs heureux pour un enfant qu’un foyer en ordre et qui sent bon. En rentrant de l’école, t’es pas contente quand tu respires l’odeur des biscuits au gingembre. T’as hâte de rentrer, pas vrai?

Je bredouillais quelque chose pour lui faire plaisir.

— Oui, surtout quand tu fais des galettes à m’nasse.

— Bon ! Heureuse de te l’entendre dire. Un « chez nous » devrait avoir des bonnes senteurs. C’est la même chose pour ton pére, ma Lysette. Ça le rend d’humeur agréable quand y sait que je fais revenir des filets de brochet dans une poêle beurrée ou que je fais dorer du poulet avec des oignons. Oublie pas ça dans tes prières, ma fille. Affaire de prendre d’excellentes habitudes, une routine des choses, pendant que t’es encore jeune. Quand j’pense que madame chose sert des TV dinners à ses enfants ! Mon Dieu, c’est-y pas effrayant ?

Adolescente, je suivais des cours d’économie domestique à l’école, alors je ne doutais guère de la sagesse des propos de maman. Au contraire, j’y croyais dur comme fer. En 1960, le rôle de la femme se résumait à créer un foyer heureux, propre et bien rangé, à préparer de bons repas, à prendre soin des enfants. L’homme devait faire vivre sa famille et accomplir certaines corvées ménagères : sortir les poubelles, balayer le garage, râteler l’allée du jardin pendant l’été, les feuilles sur la pelouse à l’automne et pelleter la neige de l’entrée en hiver. Pas d’hommes dans les chaudrons, oh non ! Ce que ma mère prêchait reflétait les discours des religieuses de la Congrégation de Notre-Dame qui nous enseignaient la méthodologie de certaines recettes de la Cuisine raisonnée ou qui nous lisaient des extraits de poèmes ou de récits d’auteurs sur la femme et ses fonctions au cœur du foyer.

La maison devint douce et propre… la douceur et la propreté qu’y porta Geneviève avaient un charme indéfinissable. Du haut en bas on y sentait la cire fraîche, le savon, le miel et le pain de ménage…[1]

Ces mots me faisaient rêver. Un jour, moi aussi, je serais la reine d’un foyer impeccable et je cuisinerais de délicieux soupers.

Cinquante ans plus tard… J’ai conservé le cahier de recettes de ma mère, écrit de sa calligraphie du dimanche : fèves aux lard, rôti de bœuf et patates jaunes, bouilli de légumes, glissants, pâté au saumon, pâté aux bleuets, tartes aux pommes, aux raisins, tartelettes au sucre, gâteau aux bananes, aux fruits, carrés aux dattes, grands-pères au sirop d’érable, pets de sœur, sucre à la crème… Au fil des ans, j’ai de plus accumulé toute une collection de livres de recettes : Robin Hood recipes, Five Roses, Jehane Benoît, Julia Child, Janette Bertrand, Minçavi, Grand-maman Lassonde, Michel Montignac, Pol Martin, Daniel Pinard, Josée di Stasio, Jamie Oliver, Ricardo…

Je crois que mon inconscient a vraiment enregistré le message de ma mère. Aussitôt qu’un visiteur entre chez nous, je lui offre à boire et à manger :

— Des raisins, du fromage, un petit four, un pouding au caramel, une tartine, des amuse-gueules ou des grignotines… Un thé vert, du café, un jus, une boisson gazeuse, de la San Pellegrino, une tisane, une bière…

         C’est plus fort que moi, je veux le nourrir. Mes petits-enfants arrivent souvent par surprise et me demandent gentiment :

— Mamie, tu veux nous faire du macaroni aux tomates et au fromage ou du spaghetti avec des boulettes ? De la compote aussi…

Si je veux ? Oui, oui, oui ! J’aime les choyer. Je sors une grosse miche ronde de pain et du bon beurre frais. Je leur coupe, avec amour et délicatesse, des carottes et du céleri, des légumes de couleurs variées, et je leur prépare une trempette à la ciboulette.

— Mamie, on peut faire des biscuits au beurre d’arachide ? La jarre à biscuits est vide.

Je leur redis ce que disait ma mère : « Vous avez les yeux plus grands que la panse. »

Ils rient de bon cœur en dégustant leurs bouquets de brocoli. C’est la joie.

Je me souviens d’une journée particulière, lorsque ma fille Manon, alors jeune mariée, se plaignait :

— Mom, c’est effrayant comment Emmanuel est grognon quand on magasine. Il me presse, veut toujours qu’on s’en aille, ça m’énerve.

— Fais le manger avant d’aller magasiner, ma chouette. Un homme au ventre affamé, c’est un homme impatient…

Je ne l’avais pas sitôt dit que j’ai éclaté de rire. Je reconnaissais la philosophie de ma mère. Mais attendez une minute! Je n’ai pas fini. Le plus drôle, c’est que pas longtemps après, Manon, en rougissant un peu, m’a déclaré :

— Avant de partir de la maison, je donne à manger à Emmanuel. Tu le croiras pas Mom, ça l’air ridicule, mais depuis que je fais ça, y’en a pas de problème. Mon chéri s’assoit sur un banc, patient et content, il lit, et moi, je me tape tous les magasins qui sont autour… Grand-maman n’avait pas tort, tu sais. Merci de m’avoir dévoilé le secret du p’tit bonheur. C’est vrai qu’il faut bien nourrir son homme, surtout si on veut le garder longtemps…

 

 

 

 

[1] Henri Bosco, Le Mas Théotime

Les mémoires d’Annette

1957

Annette St-Jean Lafrenière, 1957

En l’an 2000, alors qu’elle avait 83 ans, Annette St-Jean Lafrenière prend stylo et papier et entreprend de rédiger ses souvenirs d’enfance.  Quel cadeau pour sa famille ! Elle raconte une enfance au sein d’une famille heureuse et chaleureuse et ses bonheurs de vivre dans une communauté tissée serrée…

À la lecture des mémoires d’Annette, c’est toute une époque qui revit sous nos yeux — l’époque des valeurs familiales ancrées dans le quotiden des gens, l’époque de l’entraide généreuse, mais aussi du dur labeur de nos ancêtres.

Annette St-Jean a grandi auprès d’une mère enseignante et d’un père cultivateur et entrepreneur. Elle a des racines franco-américaines, une âme canadienne-française. Elle-même entrepreneure, elle fut propriétaire du Centre du Coupon, un magasin au coeur du village de Verner. Son magasin était un point de rencontre et d’amitié pour les femmes de son patelin. Découvrez la famille St-Jean dont l’histoire nord-ontarienne remonte à 1898 ! Merci à Carole Lafrenière-Noël, fille d’Annette, de nous avoir permis de profiter des souvenirs de sa mère.

SOUVENIRS D’ENFANCE RÉDIGÉS PAR ANNETTE ST-JEAN LAFRENIÈRE

annette

Annette St-Jean Lafrenière, vers l’an 2000

dolores-2

Albert St-Jean et Doloris Roberge, jour de leur mariage, 1917

«Nous sommes en l’an 2000. Je suis l’aînée d’une famille de dix enfants. Mon père se nomme Albert St-Jean et ma mère, Dolorise Roberge. Mon père est né à Red Lake Falls, Minnesota, le 4 juillet 1892. Ma mère est née à Providence, au Rhode Island. Elle était la fille de Donalda Beaudry et d’Ovila Roberge.

Mes parents se sont mariés le 8 janvier 1917 à
Notre-Dame du Lac à Lavigne, Ontario.

 

Mon grand-père, Amable St-Jean, était venu des États-Unis avec ma grand-mère, Léa Plante, pour s’installer en 1898 à Notre-Dame du Lac, à Lavigne, Mon grand-père défrichait un morceau de terre et construisait ensuite une maison de log. Une fois la maison terminée, il en recommençait une autre pour la vendre, et ainsi de suite. Dans sa maison, il avait installé une échelle pour monter se coucher dans sa chambre à coucher. Son lit était une paillasse de foin fou.

annette-3

Annette et son père

Mon père, Albert St-Jean, n’est pas allé à l’école; il chassait la perdrix. Mon père a eu la chance de se marier, en 1917, avec Doloris Roberge, une enseignante de 18 ans. A ce moment là, ils demeuraient à Cobalt, Ontario. C’est là où je suis née, en 1918. J’ai visité la petite maison où je suis née en 1939, lors de mon voyage de noces.

Mes parents ont déménagé à Verner, sur une ferme à 5 milles du village, lorsque j’avais un an et demi. Mon père faisait la chasse au chevreuil. Il y avait beaucoup d’animaux sauvages dans ce temps-là. J’ai même vu un renard argenté, des renards jaunes, des rats musqués, des belletes, etc. Mon père vendait les peaux. Il y avait aussi beaucoup de poissons.

Je suis allée à la pêche à l’âge de 12 ans dans le ruisseau. Il y avait un bateau fait de planches rough. Il y avait tellement de poissons que le bateau se balançait d’un bord à l’autre. Mon père les attrapait dans son dart. Dans un rien de temps, il remplissait une poche de poissons. À la maison, ma mère était très occupée à canner du chevreuil et du poisson.

Dans ce temps là, mes grand-parents vivaient à 2 milles de chez nous. Lorsque j’avais 7 ans, je suis allée avec un petit traineau leur porter un rôti de chevreuil. Grand-mère St-Jean portait une longue jupe fleurie avec un bonnet blanc. Elle m’a servi du sirop de blé d’inde blanc avec de la crème. Grand-père était né avec une petite main. Il a vécu jusqu’à 86 ans. Ma grand-mère est décédée très jeune du coeur, alors que j’avais 9 ans.

annette-2

École de campagne à Verner, vers 1923. Annette St-Jean est est la 2e de gauche dans la rangée du bas. Les petites filles portent des robes confectionnées à partir de poches de farine, qui, à l’époque, étaient faites de coton imprimé de petites fleurs.

L’été, mon père coupait du bois. Il faisait très chaud. Je suis allée lui porter une chaudière d’eau. Lors que je suis arrivée là, il était tout en sueur. Il a toujours travaillé très fort, au bout de ses forces. Au printemps, il avait un banc de scie. Nous, les enfants, on l’aidait à scier ce bois-là. On le vendait l’hiver à Sturgeon Falls pour $5.00 le voyage. Mon père partait en sleigh avec, dans le dash, une cane de marmelade pour son lunch.

Un beau jour, il nous a fait une surprise: il est arrivé avec un gramophone que l’on crinquait. On avait quelques disques. Mais il l’a retourné et il est revenu avec un violon pour $5.00. Ils m’ont envoyée chez un voisin qui jouait du violon. J’ai pris 5 leçons. Faut croire que j’avais de la facilité parce que je pouvais apprendre les airs de la chanson. Je me souviens être assise sur le gril de la fournaise dans la salle à dîner, en train de jouer du violon. Dans ce temps là, le plancher était peinturé orange.

L’été on faisait les foins. Moi, je conduisais les chevaux, sur le râteau et aussi à la grand fourche. Mon père faisait les vayoches. Un jour je conduisais les chevaux sur le voyage de foin; mon père avait acheté une jeune jument de l’Ouest canadien – une Wild West attrapée dans les champs. Les chevaux sont partis en fous. Le voyage de foin faisait le tour dans le champ. Il a ensuite versé sur le côté, moi dedans. Mon père était jeune dans ce temps là; il est venu à bout d’attraper ses chevaux. Il avait payé $25.00 pour cette jument. Elle s’appelait Doll. Pour pouvoir l’atteler, il s’était fabriqué une grande broche de 8 pieds de long pour l’attacher au bacu et au quinqué. Il avait une enclûme dans la remise toute équipée pour ferrer les chevaux.

L’été, ma mère et nous, les enfants, on allait aux bleuets. On les vendait pour pouvoir avoir quelques morceaux de linge pour l’école. On faisait venir notre linge chez Eaton à Toronto. C’était dans le temps de la crise. L’été on marchait nu pied pour aller à l’école. Il y avait 50 enfants dans l’école de campagne.

moutons-1Mon père avait une cinquantaine de moutons. Au printemps, je l’aidais à tondre les moutons. Au bout de la ferme se trouvait le lac Nipissing. Mon père avait fabriqué un chaland. Il traversait le lac Nipissing (un mille et demi) avec ses moutons et les amenait à l’Ile aux Chênes pour l’été. Il retournait les chercher à l’automne.

Un automne il en manquait deux; il est retourné les chercher dans la neige pour pouvoir les attraper. Au printemps, il fallait laver la laine au lac et la faire sécher sur le galet. Cette laine était envoyée à Thurso, Québec pour qu’elle soit filée et teinte en rouge, noir, bleu et naturelle, à deux et trois brins. Ma mère avait une machine à tricoter. On était bien chaussé pour l’hiver. Elle faisait aussi des sous-vêtements à mon père avec la laine à deux brins. J’ai vu mon père porter ces sous-vêtements même l’été; il disait que ça buvait la sueur. Maman vendait le reste de la laine à Cache Bay. Elle nous confectionnait des robes pour l’école avec des poches de farine faites de coton fleuri.

Dans ce temps là, il y avait douze ruches d’abeilles. Mon père ne savait pas lire, alors ma mère lui lisait les directives dans un livre. Lorsqu’un essaim partait, il fallait qu’il le ramasse avec un drap blanc et qu’il le mette dans une nouvelle ruche avec la reine. Il avait un extracteur et, en septembre, il coulait son miel. Je me souviens qu’il aimait beaucoup son miel. Une année, il a récolté 24 gallons qu’il a tout mangé durant l’hiver. Nous, les enfants, on était bien tanné de manger du miel dans notre lunch à l’école.

Un printemps, mon père a eu une opération d’appendicite. ll n’a pas pu travailler de tout l’été. Dans ce temps-là, la médecine n’était pas beaucoup avancée. Il a fallu engager un homme à $2.50 par jour. Un jour, mon père devait de l’argent au médecin, mais il n’avait rien pour le payer. Il est allé voir le député Théodore Legault à Sturgeon Falls, qui lui a trouvé de l’emploi au Camp Borden. Quand il a eu assez d’argent pour payer le médecin, il est revenu à la maison; il s’ennuyait trop.

Durant ce temps-là, maman allait à l’étable le matin. Moi, j’avais douze ans. Je faisais le déjeuner pour les enfants : des crêpes de sarazin et du sirop de sucre brun. C’était en 1930. On tirait les vaches à la main. On se servait d’un séparateur pour séparer la crème du lait. On versait la crème dans un baril que l’on brassait pendant une heure pour faire du beurre que l’on rinçait ensuite à l’eau claire. Maman le mettait dans un grand bol en bois pour faire une livre. C’était très bon du beurre frais et des légumes frais. Nous avions seulement des légumes frais de notre jardin durant l’été. Les carottes étaient conservées dans le brin de scie dans la cave et on avait un carré de patates pour l’hiver. L’automne, les tomates mûres étaient cannées.

Aux Fêtes, on faisait les boucheries de boeuf, de lard, etc. La viande était gelée en morceaux. Elle était mise dans des sacs et on la conservait dans le grain pour l’hiver. On n’avait pas de radio. On avait cependant une lampe à l’huile pour faire nos devoirs le soir. Un jour, on a eu une lampe aladin; ça faisait toute une différence; on avait une belle lumière fluorescente. L’hiver, le linge était séché dans la cave sur des cordes.

Le lac Nipissing était au bout de la ferme, c’est-à-dire à un mille et demi de distance. Mon père a décidé de construire des cabines dans les années ’40. Il a fait arpenter dix lots où il a construit ses cabines. Dans ce temps là, les Américains venaient faire la pêche. C’était surtout des gens de l’Ohio. Une année, il y a eu une inondation. Alors, ils se sont rendus de la maison aux cabines en bateau sur le fossé. Maman allait faire le ménage dans les cabines.

camp-alouette-2

Plus tard, les Américains ont cessé de venir. Mon père a vendu les cabines. Il a fait arpenter d’autres lots; il y en avait 19 en tout. C’est là qu’il a commencé le trailer park. Mon père et ma mère passaient tous les deux l’été au lac durant l’été. Ils administraient tout ça: louer des bateaux, vendre des minots, voir à l’entretien, driller un puit pour avoir de la bonne eau, installer l’électricité. Maman faisait un jardin au lac. Ils avaient une bonne santé. Ils se sont construits une maison au village à Verner pour passer les hivers. Ils ont vécu 68 ans ensemble dans leur belle maison. Maman à 86 ans a été un mois à l’hôpital avant de décéder le 2 novembre 1984. Après que maman est partie, mon père est allé au Château à Sturgeon. Il est décédé un an plus tard, le 14 novembre 1985, à l’âge de 92 ans. Le bon air du lac les a conservés pour longtemps.

De ces lots au bord du lac, nous en avons tous hérités. On s’est construit de beaux chalets. La jeune génération maintenant demeure en ville. Il y en a de tous les âges. Ils se réunissent pour faire du bateau, du ski, de la pêche, de la baignade et surtout, des barbecues. Ca leur appartient…».

Annette St-Jean Lafrenière, née à Cobalt en 1918, est décédée paisiblement à l’Hôpital Général de North Bay, le 25 mars 2007 à l’âge de 88 ans.

1966 a 83.jpg

Annette St-Jean Lafrenière dans son magasin, le Centre du Coupon à Verner, vers 1966.

Souvenir de sa fille Carole : «Dans les années ’60, ma mère a décidé d’ouvrir un magasin de tissus avec un peu d’argent qu’elle avait hérité de ses parents. Pour elle, ce petit magasin est devenu une grande source de plaisir et une façon d’arrondir les fins de mois.  Elle adorait choisir les tissus, étaler la nouvelle marchandise, manipuler les bobines de fil, toucher les textures différentes, accueillir les dames qui venaient magasiner, rencontrer les commis voyageurs, etc. Il faut dire qu’elle confectionait tous nos vêtements, à partir de nos petites robes jusqu’à nos caleçons !»

Claire Pilon honore la sagesse de sa mère Edna Frappier Pilon

Dans cet hommage à sa mère Edna, l’auteure et journaliste Claire Pilon exprime le sentiment de beaucoup de gens envers la sagesse de leur maman et la force tranquille de toutes ces femmes qui ont oeuvré pour former des générations d’enfants et des communautés tissées serrées. Aucune vie n’est ordinaire, car le courage de traverser les épreuves, de bâtir une communauté et de défendre les démunis tout en élevant des enfants valeureux et chaleureux, voilà une chose extraordinaire. Rencontrez Edna Frappier Pilon, celle qui croyait à la bonté de la vie et qui laissait des ponts…

unnamed-1Ma mère, Edna Frappier Pilon, n’a jamais été nommée pape ou été élue premier ministre du Canada ni présidente des États-Unis, ou directrice générale d’une grande entreprise.

Pourtant elle possédait toutes les qualités pour très bien remplir tous ces postes et encore plus…

Edna Frappier Pilon était une femme extraordinaire, faisant preuve de plusieurs qualités et étant dotée d’une grande sagesse. Conseillère, gestionnaire financier, gérante de foyer, elle pouvait superviser une variété de projets et réussissait à merveille tout ce qu’elle entreprenait. Et comme elle savait bien épargner !

Ma mère était toujours présente pour me conseiller sans jamais me dire quoi faire. Elle était présente lorsque j’avais des difficultés avec mes études et des problèmes difficiles à résoudre, ou encore lorsque j’avais besoin de conseils. Elle était là pour me guider et me consoler lors de mes peines d’amour, et surtout, elle savait et prenait le temps de m’écouter. Si elle était fâchée, on le le savait, mais c’était sans cri, sans bataille, car ma mère n’a jamais une  seule fois élevé la voix.

unnamed-2

Edna Frappier est née le 6 août 1917. Elle était la fille de Louis Frappier et de Clara Beauchamps, benjamine d’une famille de quatre filles et de quatre garçons. Elle est née à St-Charles et a grandi à Sturgeon Falls. En 1951 elle épousa Raymond Pilon de Larchwood qui, comme maman, avait grandi dans une famille pauvre, sur une ferme. Le mariage a été béni le 21 mai 1951 par monseigneur Joseph Coallier au sous-sol de la paroisse St-Jean-de-Brébeuf puisque l’église était en construction. Ils ont eu cinq enfants, dont moi et mon jumeau (il est décédé à ma naissance), deux garçons et deux filles. Maman me disait souvent qu’elle était garçonnière et qu’elle aimait jouer à la balle. Elle aimait beaucoup le sel et me disait que s’il y avait une réincarnation, elle voulait revenir en vache pour pouvoir lécher les blocs de sel !

Maman était une personne juste qui n’a jamais exécuté de tâches «extraordinaires», mais qui a toujours travaillé dans l’ombre pour la justice. Elle s’impliquait dans les organismes communautaires, mais détestait les honneurs. Une personne a déjà dit d’elle : «Elle ne parle pas beaucoup, mais quand elle parle, ça compte». Ma mère défendait toujours les plus démunis et ceux qui vivaient des situations difficiles. Même si nous étions assez pauvres, nous n’avons jamais manqué de rien. Elle scrutait les ventes afin de pouvoir nous habiller et nous permettre d’avoir des petites gâteries. Chez nous, la porte était toujours ouverte à tous.

Avant d’épouser mon père, Maman a travaillé comme réceptionniste à l’hôpital St-Joseph sous l’égide des Soeurs Grises de la Croix (aujourd’hui connues sous le nom des Soeurs de la Charité d’Ottawa). Elle fut aussi la première caissière à la Caisse populaire St-Jean-de-Brébeuf située dans le quartier du Moulin à Fleur à Sudbury.

 J’attribue, en grande partie, les succès que j’ai connus dans ma vie au fait que depuis mon enfance, ma mère m’a guidée et encouragée sans jamais me forcer ou m’imposer ses convictions. Elle ne m’a jamais dit quoi faire, mais a toujours fait connaître son opinion lorsque je la lui demandais. Elle m’a appris l’importance d’épargner et de ne pas dépenser pour rien.

Maman n’avait pas de talents spécifiques, mais elle pouvait tout faire. Elle était une femme très religieuse et elle priait beaucoup. Elle était convaincue que ses prières étaient exaucées même si elle ne recevait pas ce qu’elle avait demandé. Elle disait: «Il y a toujours une raison pour tout». Elle était membre de plusieurs organismes communautaires dont le mouvement scout, la paroisse St-Jean-de-Brébeuf, les dames de Sainte-Anne, ainsi que le Mouvement des femmes chrétiennes.

Elle croyait beaucoup à la sauvegarde de la culture et de la langue française. Il était interdit pour nous de parler en anglais dans la maison et elle encourageait nos amis de faire de même. Elle me racontait comment nos ancêtres avaient travaillé fort pour que nous puissions parler en français. Elle tenait à continuer à pratiquer les traditions comme la Fête des Rois et celle de la Sainte-Catherine.

Maman était féministe à sa façon. Elle n’a pas brulé son soutien-gorge et n’a pas participé à de grandes démonstrations, mais elle faisait connaître ses opinions toujours en transmettant un message. Elle m’a enseigné à ne pas avoir peur d’exprimer mes opinions et au lieu de la confrontation, elle me montrait la médiation. Un de ses dictons favoris était «Laissez des ponts». Elle participait régulièrement à une émission de radio où elle ne se gênait pas de donner son opinion même si elle offensait parfois certains membres de la hiérarchie ecclésiale. Elle n’avait pas peur d’aider les démunis et de défendre les injustices.

Maman n’a jamais reçu d’honneur ou de certificat de reconnaissance du pape ou du premier ministre ou de n’importe qui d’autre, mais elle aurait dû être reconnue pour le bien qu’elle a fait sans que personne ne s’en rende compte. Elle aurait dû être reconnue pour son oeuvre auprès de toutes ces personnes qu’elle a aidées sans s’en vanter, mais de toute façon, les honneurs étaient sans importance pour elle. Ce qui importait pour Edna Frappier Pilon, c’est qu’elle faisait du bien, qu’elle aidait les gens et qu’elle le faisait pour l’amour de Dieu et non pour la reconnaissance et les hommages des humains.

11960002_920551571377540_7974663584551513763_n

Claire Pilon est l’auteure de nombreux articles et documents historiques, dont le livre «Le Moulin à Fleur», publié en 1983 (réédité en 2011). Claire a dédié cet ouvrage à ses parents Raymond et Edna, ainsi qu’aux membres de sa famille qui ont instauré en elle «une fierté communautaire».

Suzanne Girard Whissell partage une recette de sa grand-mère Albina

IMG_0819

Suzanne Girard Whissell

Suzanne Girard Whissell, native de Timmins, est une gardienne de la mémoire culinaire dans sa famille. Elle a rassemblé les recettes de sa famille Bastarache (du côté maternel) sous forme d’un livre qu’elle a intitulé « Le rouleau à pâte ». Pourquoi ce titre ? Eh bien, imaginez-vous que Suzanne est la fière héritière de tous les rouleaux à pâte des femmes de sa famille (sa mère, ses tantes, sa grand-mère) et même le rouleau à pâte de son père qui a été «cook» dans les chantiers de bûcherons du Nord de l’Ontario ! 

* * *

Sur la couverture de son livre de recettes familiales, on retrouve une illustration d’un rouleau à pâte. Il s’agit du rouleau de sa grand-mère Albina. Ce rouleau centenaire a été fait  à la main en bois de bouleau par Alfred, le conjoint d’Albina, qui lui a remis en cadeau de noces en 1914 !

2 books_0004.jpg

Le livre de recettes bilingue contient 130 recettes de la famille Bastarache et est disponible pour achat auprès de l’auteure par courriel à l’adresse suivante : sgwhissell@gmail.com ou par téléphone au Centre culturel de Moonbeam (705-367-2324). Le coût est de 25$ + frais d’envoi.

Suzanne a généreusement accepté de partager la célèbre recette de gâteau aux fruits de sa grand-mère Albina (la recette est aussi dans son livre).  Vous la retrouverez ci-dessous. À une certaine époque, le gâteau aux fruits était confectionné pour le temps des Fêtes, mais aussi pour toutes les noces dans la famille. C’est une tradition canadienne-française.

Screen Shot 2016-04-29 at 1.55.27 PM

Extrait du livre de recettes « Le rouleau à pâte/The Rolling Pin, par Suzanne Girard Whissell

 

Screen Shot 2016-04-29 at 2.11.42 PM

GÂTEAU AUX FRUITS D’ALBINA (½ recette)

La journée avant:

1½ lb raisins

1 lb noix

½ lb amandes

3 tasses fruits mélangés

1 tasse mixed peel

2 tasses cerises rouges

2 tasses cerises vertes

1 c. à thé extrait de vanille

1 c. à thé extrait de cherry

1 c. à thé extrait d’amandes

1 oz d’essence de rhum ou brandy

2 oz Brandy (alcool)

¾ tasse mélasse

½ c. à thé de muscade

½ c. à thé gingembre

½ c. à thé clou de girofle

½ c. à thé cannelle

½ c. à thé tout épices

Bien mélanger ensemble.

Le lendemain :

½ tasse de beurre non salé

1 tasse sucre blanc

6 oeufs

Bien mélanger.

Ajouter 1 tasse d’eau bouillante avec 1½ c. à thé de soda à pâte

Ajouter au mélange 5 tasses farine

Bien mélanger.

Cuire au four 275°F jusqu’à ce que le gâteau commence à lever. Baisser la température du four à 250°F environ 2½ à 3 heures ou jusqu’à la fin de la cuisson. Pour un plat en vitre, réduire la cuisson à 250°F et 225°F.

Screen Shot 2016-04-29 at 1.56.24 PM

Les filles d’Albina : de g. à d. Blanche Pelchat, Laurette Bossé Piché, Alice Ethier, Noëlla Laurin. Remarquez les beignes sur la table ! Une collation sûrement bien méritée après des heures de travail pour nourrir la famille.